L’histoire à ravager l’ordinaire

08.08.16 by

Une tempête prête à éteindre les alizés, me bouscula l’esprit laissant deviner la facette du calendrier tournant une dernière page… Envers la saison la plus riche du monde, la majuscule d’un contrepoids à ne pas surmonter les aubes dès son histoire éphémère, un croquis du jour balnéaire sous un parapluie glacé.
Heureuse dans sa nature gigantesque, la montagne s’y attendait… Les eaux mystiques allaient effacer les barrières des sapins, les rochers émouvants, la dent-de-lion en alliance avec la famille de papavéracées, et tous ces coqs à l’âne du temps jadis.
Les marmottes souriantes parcoururent les sentiers les plus vigilantes, les hiboux chantèrent la chanson nocturne symplifiée par le verglas…Pourquoi le funiculaire de la nuit aurait emmené à la sienne une charge en or, les minéraux clôturés, provenant d’une alchimie telle l’ambre unique, telle les sodas propres, telle les creusetes dédicacés à ce genre de ressort par un processus funambulesque des eaux?
Enfin, l’âge mûr se definit-il en vérité à la longue des millénnaires, des primitifs ressorbent-ils au point de ne pas dissiper les encens d’un poignet, le mirage démobilisant des présents insongers sous des cascades hurlant à la vie?
N’eût-il que l’avenir à échanger les tournants des horizons aussi lointains que les couleurs mirobolantes des sons entrecoupés, prêtes à éclater dans des ondes herziennes par l’intermède d’un satellite!
À surprendre l’Univers de son pouvoir dévergondé, de sa magie irrevérencieuse, de son caractere le plus fort, les constellations mesquines, difficile à imaginer dans le plus haut de leur essentialité, dans le plus bas de leur espace lumière, se déguisent à pleine vue dans les interstices les plus ignobles, qu’elles puissent en un tour de main ombrager notre calme vue de la pluie éclaboussante sur les ruelles.
Craiova, 20 Iulie 2016
www.omniscop.ro

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Comment

*